Observatoire de la SMQ
 | La Société des musées québécois | Actualités | Outils de référence |



 | Infos en bref | SMQ / Interventions | Réflexions et analyses | Dossiers thématiques | En direct des régions | Agenda |



 | Comptes rendus et reportages | Documents à signaler | Conseils techno | Offres d'emploi | Nominations et départs |



 | Prix | Salle de presse | Babillard |

[ Espace professionnel [ Actualités [ SMQ / Interventions

Sur cette page...

retour Le budget du Québec 2014-2015 : inquiétudes et morosité   Selon la Société des musées du Québec (SMQ), inquiétudes et morosité règnent dans la communauté muséale suite au dépôt du budget provincial 2014-2015, par le ministre des Finances, M. Carlos Leitão. Alors que plusieurs prédisent que le pire reste à venir, ce premier budget d’un gouvernement libéral, bien en selle pour les quatre prochaines années, réduit à nouveau les budgets qu’il accorde aux musées d'État, mais préserve l'enveloppe déjà insuffisante consacrée à l'aide au fonctionnement des autres institutions du réseau muséal.

Douche froide pour les trois musées d'État alors qu'ils verront leurs crédits réduits de 5 %. L'impact sera majeur d'autant plus que l'année financière est déjà bien amorcée et que, conséquemment, le choc financier devra être absorbé durant les neuf prochains mois. Alors que les coupures seront de l'ordre de 445 000 $ pour le Musée d'art contemporain de Montréal, elles s'élèveront à près de 550 000 $ pour le Musée national des beaux-arts du Québec. Les Musées de la civilisation seront les plus touchés avec une coupe de 994 500 $. Le Musée des beaux-arts de Montréal, qui jouit d'un autre statut, devra également subir une baisse de ses subventions pour 2014-2015.

Pour sa part, l'enveloppe consacrée au programme d'aide au fonctionnement demeure intacte pour les quelque 120 institutions muséales reconnues et soutenues. Bien faible consolation alors que le sous-financement du réseau décrié depuis de nombreuses années par la SMQ perdure. De plus, rappelons que le Groupe de travail sur l'avenir du réseau muséal québécois, mis en place par le ministère de la Culture et des Communications (MCC), formulait dans son rapport rendu public en novembre 2013 plusieurs recommandations invitant le gouvernement à accroître son soutien financier au réseau. Il faut également souligner que la majorité des institutions muséales du Québec ne reçoit aucune aide au fonctionnement du MCC. En ce qui a trait aux crédits alloués au Fonds du patrimoine culturel québécois, ceux-ci demeurent les mêmes pour les trois prochaines années, soit jusqu'en 2016-2017, à raison de 16 M$ par exercice. Il reste à espérer que les 5 M$, répartis sur 2 ans, devant être affectés aux expositions permanentes et itinérantes selon le plan d'action de l'ex-ministre Kotto, seront compris dans ce budget.

Plus encourageants, le maintien de la Stratégie culturelle numérique du Québec et son déploiement dès 2014-2015 sont parmi les bonnes nouvelles de ce budget. Au total, 110 M$ y seront consacrés dont 100 M$ proviendront du Plan québécois des infrastructures. Ces sommes devraient permettre entre autres d'importantes opérations de numérisation des collections muséales québécoises. Par contre, les 10 M$, également réservés à la mise en œuvre de la stratégie et répartis sur trois exercices financiers sont, malheureusement, bien loin des 50 M$ sur 5 ans prévus initialement.

Le programme Mécénat Placements Culture sera, pour sa part, pérennisé grâce à la création du Fonds Avenir Mécénat Culture. Ce dernier sera doté d'une enveloppe de 5 M$ prélevée des revenus de la taxe spécifique sur les produits du tabac et mis en place dès 2014-2015. Voilà un autre point positif de ce budget pour les institutions muséales qui utilisent le programme mis en place en 2005.

Du côté des projets d'immobilisation des musées d’État, la SMQ a eu confirmation que les investissements sont maintenus. Le Musée d'art contemporain de Montréal conserve ainsi les 18,9 M$ prévus et il en va de même des 45 M$ déjà annoncés pour l'agrandissement du Musée national des beaux-arts du Québec. Les Musées de la civilisation recevront, quant à eux, 17 M$ pour différents travaux rendus essentiels. Dans le cadre des célébrations de 2017, le gouvernement s'engage également à mettre à l'étude le projet d'expansion de Pointe-à-Callière, Cité d’archéologie et d’histoire de Montréal, dont les coûts totaux sont évalués à environ 100 M$. Au MCC, on se dit confiant pour l'avenir de ce projet, le seul projet additionnel de nature culturel actuellement mis à l'étude par le Plan québécois des infrastructures 2014-2024. D'autres sommes sont prévues pour appuyer, en 2017, les célébrations du 375e anniversaire de la fondation de Montréal et également le 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Durant les trois prochaines années, c'est près de 40 M$ qui y seront consacrés par Québec. C’est dans ce contexte que le gouvernement participera, jusqu'à concurrence de 26,4 M$, au projet d'aménagement touristique de l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal.

Prochaine étape : la défense des crédits

La SMQ invite ses membres à suivre de près l'étape cruciale de la défense des crédits alors que beaucoup d’informations sur les choix et les intentions de la ministre de la Culture et des Communications, Mme Hélène David, se préciseront dans le cadre plus général du budget de son collègue, le ministre des Finances, M. Carlos Leitão. L'opération devrait s'effectuer au plus tard à la mi-juillet.

Pour consulter le budget -- 9 juin 2014



retour La juste valeur des musées   Le débat lancé par Le Devoir il y a quelques semaines concernant une possible surenchère de l’offre culturelle au Québec a, selon la Société des musées du Québec (SMQ), le mérite de soulever des questions fort pertinentes. La SMQ est d’avis que l’ensemble du milieu culturel est ici interpellé et que nul ne peut faire l’économie d’y réfléchir. Les réponses au questionnement sur la surproduction culturelle sont loin d’être simples et méritent d’être nuancées. Il y a avant tout le danger d’évaluer la culture qu’en termes quantitatifs alors que le rôle qu’elle joue dans la société est beaucoup plus large et complexe.

À l’aune de ces considérations, comment définir la valeur réelle des musées et sommes-nous actuellement en mesure de le faire? Michel Perron, directeur général de la SMQ, souligne « qu’il faut plus que jamais faire état des rôles fondamentaux des institutions muséales, mieux documenter les retombées sociales, économiques et touristiques. D’ailleurs, plusieurs travaux sont menés par la communauté muséale à l’international dont l’objectif est de démontrer l’importance et la valeur des musées ». De fait, il nous faut constamment revenir à la mission et à la responsabilité des musées en ce qui a trait à la sauvegarde, à la conservation et à la mise en valeur du patrimoine québécois. Porteurs de mémoire collective, les musées contribuent également à l’affirmation de l’identité des territoires et à la cohésion sociale, par les valeurs d’ouverture et de tolérance qu’ils défendent. Répartis et bien enracinés dans toutes les régions du Québec, les musées s’inscrivent pleinement dans les grands enjeux contemporains de notre société tels que la diversité culturelle et le développement durable. Aussi, on ne saurait trop souligner l’importance de leur rôle éducatif, notamment auprès des jeunes qui formeront la clientèle de demain.

L’offre des institutions muséales du Québec est plus que jamais diversifiée et de grande qualité. Par leurs expositions, leurs spectacles multimédias, leurs programmations culturelles, les musées font preuve de créativité et d’innovation pour répondre aux attentes des visiteurs. En fait, la SMQ s’interroge davantage sur la demande plutôt que sur l'offre et, de surcroît, sur les moyens dont disposent les musées pour promouvoir leurs activités auprès des divers publics. Entre autres, il reste encore beaucoup à faire pour joindre les clientèles touristiques hors Québec tout comme pour inciter les Québécois à profiter des attraits culturels durant leurs vacances estivales.

Au cours des dernières années, les institutions muséales du Québec ont démontré leur capacité d’accroître leur fréquentation. En 2013, les musées, les lieux d’interprétation et les centres d’exposition ont accueilli 14,2 millions de visiteurs, ce qui est supérieur à la moyenne des cinq dernières années (soit 13 millions). La fréquentation atteint ainsi un record depuis le début de l'enquête de l'Observatoire de la culture et des communications, il y a 10 ans. La SMQ considère qu’il faut maintenant mieux documenter la provenance des visiteurs des musées et en dégager des données statistiques pour l’ensemble du réseau muséal. À cet égard, elle entend travailler avec l’aide de ses partenaires à la production de données stratégiques sur le secteur, notamment en ce qui a trait aux retombées sociales, économiques et touristiques des musées. De telles données sont aujourd’hui essentielles pour mesurer la pleine valeur des institutions muséales et leur potentiel de développement. À titre d’exemple, dans son texte intitulé Développer l’économie par la culture, publié dans Le Devoir de lundi dernier, le directeur général des Musées de la civilisation, M. Michel Côté, fait la démonstration qu’il peut y avoir un retour sur l’investissement appréciable lors de la production d’une exposition majeure, soulignant entre autres des retombées de fréquentation touristique de 12 millions de dollars.

À la veille de la présentation du premier budget du gouvernement Couillard, la SMQ plaide pour la pleine reconnaissance du rôle essentiel joué par les institutions muséales du Québec et de leur juste valeur sur les plans culturel, social, économique et touristique. -- 27 mai 2014



retour Hélène David est nommée ministre de la Culture et des Communications   La Société des musées du Québec (SMQ) félicite Mme Hélène David pour sa nomination à titre de ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la protection et de la promotion de la langue française. Mme David est une gestionnaire chevronnée et engagée depuis de nombreuses années dans le milieu universitaire et social. La SMQ offre son entière collaboration à la ministre pour la défense des intérêts de la culture et tout particulièrement ceux du milieu muséal québécois.

Nous tenons à remercier le ministre sortant, M. Maka Kotto, pour le travail qu'il a accompli, notamment pour la mise en place du groupe de travail sur l'avenir du réseau muséal et l'élaboration de la Stratégie culturelle numérique québécoise.

Lien vers la biographie de la ministre -- 23 avril 2014



retour Dominique Vien promue ministre du Tourisme   La Société des musées du Québec (SMQ) félicite Mme Dominique Vien pour sa nomination comme ministre du Tourisme et ministre responsable de la région de Chaudière-Appalaches. Mme Vien était jusqu'au 7 avril 2014 porte-parole de l’opposition officielle en matière de communication et de médias régionaux et communautaires. La SMQ offre à la ministre son entière collaboration dans l'accomplissement de son mandat.

Nous tenons à remercier le ministre sortant, M. Pascal Bérubé, pour ses nombreuses réalisations notamment en matière de tourisme culturel.

Lien vers la biographie de la ministre -- 23 avril 2014



retour La Société des musées du Québec interpelle les partis politiques sur les enjeux de financement des musées   Dans le contexte de la présente campagne électorale, la Société des musées du Québec (SMQ) invite les partis à faire connaître leur position quant aux enjeux de financement auxquels font face les institutions muséales du Québec.

Depuis de nombreuses années, la SMQ réclame un soutien financier accru de la part du gouvernement du Québec et plus spécifiquement du ministère de la Culture et des Communications (MCC). C'est notamment en poursuivant cet objectif que la SMQ a accepté, en janvier 2013, l'invitation du ministre de la Culture et des Communications, M. Maka Kotto, de collaborer à la mise sur pied d'un groupe de travail indépendant devant proposer des solutions à court, moyen et long termes pour résoudre la crise qui perdure au sein du réseau muséal. Le mandat confié au groupe de travail présidé par M. Claude Corbo, et défini par le MCC en collaboration avec la SMQ, incluait la question du financement public.

Le 5 novembre 2013, le Groupe de travail sur l'avenir du réseau muséal québécois rendait public son rapport comportant 61 recommandations. La SMQ a accueilli ce rapport favorablement, ce dont elle a fait part au ministre Kotto, tout en formulant quelques réserves et en soulevant un certain nombre d’objections (voir l'Enjeux numéro 21, janvier 2014). Un des éléments très positif du rapport demeure la reconnaissance de l'importance des rôles que jouent les institutions muséales sur les plans social, éducatif, économique et touristique. Le Groupe reconnaît également qu'à titre de porteurs de mémoire collective et de cohésion sociale, ces institutions souscrivent pleinement aux grands enjeux de société tels que la préservation du patrimoine culturel et le développement durable. Le Groupe de travail affirme clairement que pour accomplir pleinement leurs missions, les institutions muséales devront bénéficier d'un plus grand financement. Conséquemment, il formule plusieurs recommandations incitant le gouvernement à accroître son soutien financier au réseau muséal québécois. Pour sa part, le président de la SMQ, Pierre Landry, a réitéré publiquement au ministre Kotto, le 26 février dernier, la nécessité d'obtenir plus de crédits pour les musées, alors que celui-ci présentait son plan d'action aux membres de la SMQ. Les paroles de M. Landry faisaient écho aux questions soulevées par ces derniers devant l'absence d'indices clairs à cet égard.

Dans ce plan d'action, le ministre réaffirme fort pertinemment sa volonté de faire de la muséologie québécoise une priorité gouvernementale. Afin d'atteindre cet objectif, il entend créer, dans les prochains mois, une table interministérielle des affaires muséales. Les cinq autres orientations sur lesquelles repose le plan d'action sont :

• le mécanisme d'agrément (et l'élaboration d'une nouvelle typologie pour les institutions muséales);
• la révision du programme Aide au fonctionnement pour les institutions muséales (PAFIM) d'ici avril 2015;
• la mise en place de travaux de concertation sous la présidence de M. Claude Corbo dans toutes les régions du Québec, dès le printemps 2014;
• l'élaboration d'un projet de loi sur les institutions muséales;
• la création d'un nouveau volet du Fonds du patrimoine culturel québécois consacré aux expositions permanentes et itinérantes, ainsi qu'à leur adaptation au numérique (5 M$, sur 2 ans).

Au cours des prochains jours, la SMQ communiquera avec chacun des partis afin de connaître leur intention en ce qui concerne le redressement du financement du réseau muséal québécois. Alors qu'elle accueille favorablement les recommandations du Groupe de travail touchant l'ensemble des questions financières, la SMQ précise que les augmentations proposées spécifiquement pour le PAFIM, soit environ 11 M$ (portant l'enveloppe actuelle de 17 M$ à 28 M$, à compter de 2015-2016), tout en étant signifiantes, sont insuffisantes en regard des besoins à combler et des retards à rattraper. La SMQ évalue qu'il faudrait que le budget de ce programme passe non pas à 28 M$, mais à 38 M$. Il y a donc un écart de 10 M$ entre l'évaluation de la SMQ et celle du Groupe de travail. Contrairement au Groupe de travail, la SMQ croit également que les regroupements régionaux de musées devraient bénéficier d'un soutien financier récurrent. Depuis de nombreuses années, ces organismes jouent un rôle structurant dans le réseau muséal, en offrant des services à leurs membres, en facilitant les échanges d'expertise, en œuvrant à des stratégies communes, etc. De plus, il est pressant qu'à court terme, soit dès 2014-2015, des crédits supplémentaires soient injectés afin de colmater les brèches financières d'un réseau en perte de vitesse (indexation rétroactive à l'Indice des prix à la consommation (IPC) aux institutions recevant déjà de l'aide au fonctionnement, mesure transitoire pour les institutions reconnues non soutenues). Nonobstant les 5 M$ (sur 2 ans) prévus au budget pour la réalisation d'expositions permanentes et d'expositions itinérantes, force est de reconnaître qu'il en faudra davantage pour répondre aux besoins du milieu. Rappelons que le Groupe de travail propose un ensemble de recommandations qui, échelonnées sur 5 ans, représentent des investissements supplémentaires de près de 40 M$.

Par ailleurs, la stratégie culturelle numérique présentée par le ministre Kotto, le 3 mars dernier, devrait inclure un soutien à juste hauteur pour permettre aux institutions muséales de prendre le virage numérique en matière de numérisation des collections ainsi que de développement d'outils de médiation et de diffusion de contenus muséaux.

La consolidation et la relance du réseau muséal exigent d'augmenter de façon significative le financement des institutions muséales. La SMQ évalue qu'il faudrait investir minimalement 50 M$ de crédits supplémentaires au cours des prochaines années. Elle encourage ses membres à sensibiliser leurs députés aux enjeux des institutions muséales pendant la campagne électorale. -- 17 mars 2014



retour Le ministre Kotto présente son plan d’action aux membres de la SMQ   Le 26 février 2014, le ministre de la Culture et des Communications, monsieur Maka Kotto, présentait aux membres de la Société des musées du Québec son plan d'action, faisant suite au rapport du Groupe de travail sur l'avenir du réseau muséal. Ceux-ci ont accueilli favorablement les propos du ministre malgré quelques interrogations, dont celles liées au financement qui demeurent encore en suspens.

D'entrée de jeu, le ministre a réaffirmé sa volonté de faire de la muséologie québécoise une priorité gouvernementale. Pour ce faire, il entend créer, dans les prochains mois, une table interministérielle des affaires muséales. Les cinq autres orientations sur lesquelles repose le plan d'action sont :
• le mécanisme d'agrément (et l'élaboration d'une nouvelle typologie pour les institutions muséales)
• la révision du Programme d'Aide au fonctionnement (PAFIM) d'ici avril 2015
• la mise en place de travaux de concertation sous la présidence de M. Claude Corbo dans toutes les régions du Québec, dès le printemps 2014
• l'élaboration d'un projet de loi sur les institutions muséales
• la création d'un nouveau volet du Fonds du patrimoine culturel consacré aux expositions permanentes et itinérantes, ainsi qu'à leur adaptation au numérique.

Suite à la présentation du ministre, les membres ont eu la possibilité de lui adresser des questions pouvant cerner non seulement leurs préoccupations, mais aussi l'urgence d'y trouver réponse. Les enjeux financiers ont été soulevés notamment devant l'absence de détail au Budget présenté le 20 février dernier, à l'exception d'un 5 M$ répartis sur deux ans pour la production des expositions permanentes et itinérantes. Entre autres, qu'advient-il de l'indexation au fonctionnement des institutions muséales reconnues et soutenues? Y aura-t-il la mise en place d'une mesure transitoire pour les musées reconnus mais non soutenus d'ici la révision du PAFIM et l'élaboration du système d'agrément? D'autres questions ont également été soulevées, dont la pertinence d’identifier une thématique régionale d'intérêt identitaire par les tables régionales. Certaines interventions ont également plaidé pour une plus grande considération de l'importance du milieu associatif, au plan régional et national, en tant qu'agents de concertation et de mise en commun déjà bien enracinés dans leur milieu.

Le ministre Kotto s'est montré ouvert tout au long de cette période d'échanges, ce qui fut bien apprécié des 125 membres présents. En conclusion, le président de la SMQ, Pierre Landry, a de nouveau souligné la nécessité d’accroître le financement du réseau muséal. Répondant à l’invitation du ministre, le président a confirmé la collaboration de la SMQ dans la poursuite des travaux du ministère.

Pour consulter le communiqué du MCC -- 3 mars 2014



retour Budget du Québec 2014-2015 : le réseau muséal toujours en attente   Le 20 février dernier, le ministre des Finances Nicolas Marceau déposait un budget marqué au sceau de l'austérité. Alors que le milieu muséal nourrissait beaucoup d'espoir pour voir enfin son niveau de financement s'améliorer, il semble bien qu'il lui faudra prendre son mal en patience, tout comme l'ensemble du milieu culturel pour lequel les bonnes nouvelles se font plutôt rares. Il faut tout de même garder l'espoir que les crédits du ministère de la Culture et des Communications incluront des sommes lui permettant de mettre en œuvre certaines des recommandations du rapport du Groupe de travail sur l’avenir du réseau muséal. D'ici là, on peut se réjouir des investissements qui seront consentis pour la Stratégie culturelle numérique, les grands projets d'immobilisation pour les institutions muséales et Mécénat Placements Culture.

Stratégie culturelle numérique
Les investissements de 150 M$ pour la Stratégie culturelle numérique visant à permettre aux organismes culturels de prendre le virage technologique constitue une mesure encourageante. Pour ce faire, le gouvernement du Québec entend consacrer 100 M$ sur sept ans à son Plan québécois des infrastructures, ce, à compter de 2014-2015. Il s'engage également à verser 50 M$ sur 5 ans au ministère de la Culture et des Communications, sous la forme d'un octroi. La SMQ estime que le milieu muséal québécois devrait pouvoir participer à la mise en œuvre de cette stratégie puisqu'il répond directement à deux des trois grandes orientations ciblées, soit l'enrichissement de l'offre de contenus culturels numériques ainsi que la diffusion et l'accessibilité de ceux-ci.

Grands projets d'immobilisation
C’est avec satisfaction que la SMQ constate que le gouvernement du Québec prévoit des investissements importants dans les infrastructures des institutions muséales de Montréal. Le projet d'agrandissement du Musée d'art contemporain bénéficiera d'une contribution de 18, 9 M$, pour un budget total qui devrait être de 44 M$. Une nouvelle phase d'expansion de Pointe-à-Callière destinée à la création de la Cité de l'archéologie et de l'histoire de Montréal est également inscrite au budget. Le gouvernement investira jusqu'à 25 M$ pour ce projet dont les coûts sont évalués à environ 100 M$.

Dans le contexte du 375e anniversaire de Montréal (2017), Québec consent d'importants investissements, sous forme de legs gouvernementaux, pour la construction d'un nouveau pavillon au Musée des beaux-arts de Montréal, pour des aménagements au site d'Espace pour la vie ainsi que pour le réaménagement de la place des Nations et la construction d'une promenade riveraine au parc Jean-Drapeau. Ces investissements totaliseront 125 M$, en incluant Pointe-à-Callière.

Mécénat Placements Culture
Faisant écho aux recommandations du Groupe de travail sur la philanthropie culturelle (2013), le gouvernement assurera la pérennité du programme Mécénat Placements Culture en prélevant 5 M$ par année de la taxe spécifique sur le tabac. -- 21 février 2014



retour Dernière heure : Rencontre avec le ministre Maka Kotto   La SMQ est heureuse de vous informer que le ministre de la Culture et des Communications, monsieur Maka Kotto s’adressera aux membres de la SMQ afin de présenter son plan d’action faisant suite au rapport du Groupe de travail sur l’avenir du réseau muséal. La rencontre aura lieu le mercredi 26 février, à 17 h. Nous vous transmettrons tous les renseignements sous peu. -- 21 février 2014



retour Position de la Société des musées du Québec concernant le rapport du Groupe de travail sur l'avenir du réseau muséal québécois   Dûment mandaté par le ministre de la Culture et des Communications, monsieur Maka Kotto, le Groupe de travail, sous la présidence de monsieur Claude Corbo, déposait en novembre dernier un imposant rapport proposant des changements majeurs touchant non seulement les institutions muséales, mais également le cadre général d'intervention gouvernementale en ce qui a trait à la muséologie québécoise.

Dans le bulletin Enjeux, numéro 21, la SMQ énonce sa position en regard des principales recommandations du Groupe de travail et leurs impacts potentiels pour le milieu muséal. -- 28 janvier 2014



Qu'est-ce que l'Observatoire? | Réalisation du site | Engin de recherche | Aide | Pour nous joindre Haut de la page
Société des musées québécois www.smq.qc.ca Dernière mise à jour : mise à jour continue