Vous êtes ici : Espace professionnel » Actualités » Enquête sur la rémunération dans les institutions muséales du Québec

Enquête sur la rémunération dans les institutions muséales du Québec

Nouvelles de la SMQ / 20 mai 2022

En 2021, la Société des musées du Québec (SMQ) confiait à la firme AppEco le mandat de réaliser une enquête exhaustive sur les ressources humaines auprès de toutes les institutions muséales du Québec. Après plusieurs mois d’analyse et de travaux, nous avons le plaisir de vous présenter les résultats de cette enquête unique qui jette un éclairage nouveau sur la rémunération et les conditions de travail en milieu muséal. La SMQ tient à remercier la ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, pour l’octroi de la subvention qui a rendu possible cette enquête.

CONTEXTE ET OBJECTIFS

Préoccupée par les conséquences des ressources financières limitées, par les enjeux de la pénurie de main-d’œuvre et de rétention du personnel, qui sont sources d’inquiétude pour la pérennité de la qualité des services offerts dans les institutions muséales, la SMQ a mandaté la firme AppEco afin de réaliser une enquête visant à recueillir des données auprès de musées, de centres d’exposition et de lieux d’interprétation sur la rémunération et les conditions de travail.

Plus particulièrement, l’enquête vise les objectifs suivants :

• Recueillir et compiler les données d’opérations et de main-d’œuvre pour chaque institution muséale;

• Documenter la rémunération par type de postes pour chaque employé·e;

• Analyser le profil sociodémographique des postes visés par l’enquête.

POPULATION À L’ÉTUDE ET TAUX DE RÉPONSE

Toutes les institutions muséales (358), membres de la SMQ ou non, ont été invitées à remplir le questionnaire en ligne entre le 25 août et le 29 octobre 2021.

Parmi ces institutions muséales, 141, majoritairement membres de la SMQ, ont répondu au questionnaire, ce qui représente un taux de réponse de 39,2 %

Font partie de l’enquête 5 catégories de postes : direction, collections, expositions, éducation muséale, médiation et action culturelle de même que communications - marketing.

Les données individuelles sur la rémunération et le profil sociodémographique transmises par les institutions concernent 904 employé.e.s regroupé.e.s dans les 5 catégories de postes.

QUESTIONNAIRE : INDICATEURS COLLECTÉS 

Pour chaque musée, des indicateurs qui lui sont spécifiques, de même que des indicateurs qui sont spécifiques aux employé.e.s, ont été recueillis. Ils portent sur le dernier exercice financier terminé.

Les indicateurs spécifiques à l’institution sont les suivants :

  • Les caractéristiques descriptives de l’institution :statut d’agrément par le ministère de la Culture et des Communications (MCC), région touristique, statut juridique, période d’ouverture, superficie totale des aires d’exposition;
  • Les caractéristiques financières : budget de fonctionnement, masse salariale totale (salaires et charges sociales), en équivalent temps complet, montant total versé aux pigistes, aux consultant.e.s et aux firmes;
  • Les caractéristiques de la main-d’œuvre : nombre d’employé.e.s par institutions, nombre de bénévoles, présence ou non d’un syndicat.

Les indicateurs spécifiques aux employé.e.s sont les suivants :

  • La catégorie du poste et le titre : direction générale; administration et soutien; direction de service; coordination et chef de service; professionnel.le.s; technicien.ne.s; guides, animation et médiation; préposé.e.s et accueil et autre;
  • Le profil sociodémographique (âge, genre, scolarité et langue maternelle);
  • La rémunération : salaire, bonis et avantages sociaux (part de l’employeur);
  • Le statut du poste (permanent, occasionnel ou saisonnier);
  • Le nombre total d’heures payées durant l’année.

PROFIL DES 141 INSTITUTIONS PARTICIPANTES

  • Elles sont représentatives des régions du Québec.
  • Faible présence syndicale en général (27,7 %) et forte présence syndicale dans les institutions de 20 employé.e.s et plus (77,8 %).
  • Près des deux tiers sont agréées par le MCC (voir le graphique suivant). 
  • Un peu plus des trois quarts ont un statut juridique de personne morale sans but lucratif.
  • La majorité sont ouvertes toute l’année (voir le graphique suivant). 
    Graphique 2 rapport AppEco
  • Comme le révèle le graphique suivant, la moitié des institutions compte 5 employé.e.s et moins, alors que seulement 6 % ont 20 employé.e.s et plus. Le nombre d’employé.e.s (en équivalent temps complet [« ETC »]) étant un facteur déterminant et directement proportionnel aux budgets et aux dépenses, plusieurs résultats ont été ventilés selon la taille de l’institution, exprimée en nombre d’employé.e.s (voir le rapport).
Graphique 3 rapport AddEco

BUDGETS ET DÉPENSES DES INSTITUTIONS MUSÉALES : PRINCIPAUX CONSTATS

  • Le budget de fonctionnement moyen est de 1,1 M$. Celui des institutions ouvertes à l’année est deux fois supérieur à celui des institutions ouvertes quelques mois par année.
  • La moitié du budget de fonctionnement est consacrée à la masse salariale, qui est d’environ 465 000 $ en moyenne. La médiane de la masse salariale par ETC s’établit à 41 813 $.

LE STATUT JURIDIQUE, LE NOMBRE D’EMPLOYÉ.E.S ET LA SUPERFICIE DES AIRES D’EXPOSITION ONT UN EFFET SUR LA RÉMUNÉRATION HORAIRE

  • Les employé.e.s d’une institution dont le statut juridique est fédéral, provincial ou municipal ou relevant d’une communauté religieuse voient un effet positif de 15 % à 59,2 % sur leur rémunération horaire.
  • Le nombre d’employé.es par institution a un effet direct sur la rémunération. Ainsi, plus les institutions ont d’employé.e.s, plus les salaires horaires sont élevés : ils passent de 26,79 $ pour celles de cinq employé.e.s et moins à 38,41 $ pour celles de 20 employé.e.s et plus.

LES CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES DES TITULAIRES DE POSTE : FORTE PRÉSENCE DE FEMMES ET FORTE SCOLARISATION

Les femmes sont surreprésentées puisqu’elles constituent près des deux tiers des titulaires des postes analysés (voir le graphique suivant).

Graphique 4 rapport AddEco

 

Comme le révèle le tableau suivant, les plus de 50 ans comptent pour le plus fort pourcentage (30,1 %). La main-d’œuvre est très scolarisée pour les postes analysés : 66,9 % des titulaires de poste détiennent un diplôme universitaire ou ont fait d’autres études universitaires. Enfin, le français (94,1 %) domine largement au chapitre de la langue maternelle.

Tableau 5 rapport AddEco

PORTRAIT DES POSTES

  • Près de 75 % des employé.e.s occupent des postes permanents, contre un peu plus de 25 % ayant des postes occasionnels ou saisonniers;
  • Les catégories de postes les plus représentées sont celles en éducation muséale, en médiation et en action culturelle (32,5 %), ainsi que la direction (28,8 %);
  • Les postes de coordination, de direction de service et de chef de service (26 %) ainsi que les postes de professionnel.le.s (19,1 %) sont les plus représentés;
  • Les postes d’administration et de soutien (9,7 %) et de préposé.e.s et accueil (5,2 %) sont les moins fréquents.

LA RÉMUNÉRATION HORAIRE : VARIABLE SELON LE PROFIL SOCIODÉMOGRAPHIQUE DES EMPLOYÉ.E.S

  • Les hommes gagnent plus que les femmes. L’écart se maintient dans tous les groupes d’âge. Il se situe entre 2,4 % et 25,7 % selon les tranches d’âge;
  • Détenir un diplôme universitaire rehausse significativement la rémunération;
  • Les employé.e.s permanent.e.s gagnent plus que les employé.e.s occasionnel.le.s (+7 %).

LA RÉMUNÉRATION HORAIRE : VARIABLE SELON LE TITRE DE POSTE ET LES CATÉGORIES D’EMPLOI

  • Les directeurs et les professionnel.le.s touchent une rémunération horaire supérieure à la moyenne. Inversement, pour un emploi de technicien.ne, de préposé.e, d’administration et d’animation, les personnes touchent une rémunération horaire inférieure à la moyenne;
  • Les employé.e.s les mieux rémunéré.e.s sont dans les catégories d’emploi de la direction, des expositions et des collections;
  • La rémunération horaire la plus faible se trouve en éducation muséale, médiation et action culturelle, catégorie dans laquelle se trouve l’entièreté des postes de guides, d’animation et d’accueil.

LES LIMITES DU SONDAGE

Cette enquête a permis d’établir un portrait statistique du milieu muséal et de confirmer la nature et l’ampleur de l’influence des caractéristiques des employé.e.s, des institutions où ils et elles évoluent et du poste occupé. Malgré son caractère très détaillé et sa validité statistique, elle présente certaines limites, que voici.

  • Les résultats ne reflètent pas nécessairement la réalité de toutes les institutions muséales non membres, puisque seulement cinq d’entre elles ont répondu au sondage;
  • Les catégories de postes ne reflètent pas de façon exhaustive tous les postes;
  • Il n’y a pas de garantie que chaque institution a fourni les données sur l’ensemble des employé.e.s pour les cinq catégories de postes étudiées;
  • Les données recueillies portent sur un exercice financier atypique (2020-2021) et illustrent par conséquent l’état récent des institutions muséales et de leur main-d’œuvre dans une période plus ou moins représentative.

 

POUR EN SAVOIR PLUS : LE RAPPORT COMPLET

Ce résumé ne met en évidence qu’une partie des résultats et des variables explicatives de la rémunération. Pour avoir une vue détaillée et bien saisir toutes les nuances, la lecture du rapport est fortement recommandée. Ce dernier est divisé en deux sections, suivant les deux types d’analyse qui ont été réalisés.

La première partie présente les principaux résultats tirés de l’enquête, tant pour les institutions que pour leurs employé.e.s. Le profil général des institutions répondantes est présenté, de même que les principales caractéristiques de leur personnel. Par la suite, plusieurs tableaux croisés et ratios permettent de comprendre à la fois la composition et la distribution de la rémunération et les conditions de travail en milieu muséal.

Dans la seconde partie du rapport sont présentés les résultats de l’analyse économétrique de la rémunération des travailleur.se.s, laquelle devait permettre d’estimer l’effet net spécifique à diverses variables. Cette analyse a porté sur 14 variables indépendantes : 4 variables sociodémographiques des employé.e.s, 3 variables portant sur le profil des postes et 7 variables liées aux caractéristiques des institutions muséales. Dans l’ensemble, cette analyse a permis d’établir la relation statistique de plusieurs facteurs sociodémographiques et institutionnels et de quantifier leurs effets individuels moyens sur la rémunération des employé.e.s d’institutions muséales.

Cette enquête a été réalisée grâce au soutien financier du ministère de la Culture et des Communications.

 

Lire le rapport de l’Enquête sur la rémunération dans les institutions muséales du Québec, 2022

Devenez membre de la SMQ!

Infolettre Espace professionnel

Agenda