Vous êtes ici : Espace professionnel » Actualités » La Société des musées du Québec lance un cri d’alarme

La Société des musées du Québec lance un cri d’alarme

Montréal, le 14 juillet 2014 –

La Société des musées du Québec (SMQ) lance un cri d’alarme face à l’état critique dans lequel se trouve l’ensemble du réseau muséal québécois et au regard des sombres perspectives d’avenir qui s’annoncent. Conséquemment, elle demande au ministère de la Culture et des Communications (MCC) de travailler de façon urgente avec elle dans le but de s’attaquer réellement aux problèmes financiers des musées.

La situation de l’ensemble des institutions muséales réparties sur le territoire québécois ne cesse de se dégrader ces dernières années. On a bien sûr en tête les récentes compressions budgétaires qui vont lourdement affecter la mission des musées d’État. Mais il y a plus, c’est tout le réseau muséal qui est en crise. Ce constat a déjà été établi à l’occasion du Grand Chantier des États généraux des musées du Québec de la SMQ, tenu en 2011. Il a malheureusement été réitéré et amplement documenté lors des consultations menées l’année dernière par le Groupe de travail sur l’avenir du réseau muséal québécois présidé par M. Claude Corbo. Ce même groupe de travail a, d’autre part, explicitement reconnu le sous-financement du réseau et recommandé toute une gamme de mesures afin de pallier cette situation.

Déposé le 4 juin dernier, le budget Leitao ne s’engage aucunement dans la voie d’une bonification de la condition des musées. Si ce budget semble « épargner » les institutions de plus petite taille en ne réduisant pas, pour l’exercice 2014-2015, l’aide financière qui leur est allouée, il n’en demeure pas moins que celle-ci n’a pas été indexée depuis des années et que, de plus, les institutions reconnues non soutenues ne bénéficient toujours d’aucun soutien. D’autre part, le MCC a récemment mis un terme à un projet pilote prometteur et structurant, les CREM (Cellules régionales d’expertise en muséologie), privant ainsi trois régions du Québec d’une expertise et d’un partenariat dynamique et mobilisateur. De même, le Ministère n’a pas reconduit, au cours de la dernière année, le programme Aide aux projets pour le soutien des expositions permanentes, dont on ne sait aujourd’hui ce qu’il adviendra. Force est de constater que la SMQ, à titre d’organisme national, vit elle-même des années particulièrement difficiles.

Outre cette détérioration croissante qui afflige le réseau muséal québécois et le fragilise de plus en plus, la SMQ s’inquiète de l’approche du Ministère eu égard aux suites à donner au rapport Corbo. On sait que ce rapport préconise d’importants changements quant à la vision et à la gestion du milieu muséal québécois. On y fait état de l’urgence de la situation tout en recommandant l’injection de sommes consistantes dans le but de remettre à flot un réseau en grandes difficultés. Aujourd’hui, il semble que le Ministère a choisi de travailler portes closes et dans ses termes, de manière unilatérale et sans consultation, une attitude en rupture avec une longue tradition de concertation avec le milieu. Par ailleurs, la SMQ redoute qu’on retienne du rapport Corbo seulement les recommandations qui vont dans le sens d’une « rationalisation » à tout crin et d’une main mise plus forte de l’État, le tout à coût nul. La SMQ a déjà clairement énoncé ses réserves concernant plusieurs recommandations à ce sujet. Fusions « forcées », risque d’ingérence dans la révision des missions institutionnelles, modification de la typologie des institutions, élaboration des critères d’agréments sans consultations préalables, voilà autant d’avenues qui l'inquiètent particulièrement. Cette crainte est d’autant plus vive que, cette année, le MCC procédera à la révision du programme Aide au fonctionnement pour les institutions muséales reconnues (PAFIM).

Après avoir connu trois ministres de la Culture au cours de son mandat, participé à des dizaines et des dizaines de réunions, souvent en présence des plus hauts gradés du Ministère, siégé au sein du comité conjoint SMQ/MCCCF sous Mme Christine St-Pierre et collaboré au Groupe de travail sur l’avenir du réseau muséal québécois mis sur pied par M. Maka Kotto, le président de la SMQ, Pierre Landry, ne cache pas son désarroi : « Les musées sont les gardiens de l’âme d’un peuple. Leur mission consiste à conserver cette âme, à la préserver dans les meilleures conditions possible, à la rendre accessible au plus grand nombre, tout en la déployant au cœur d’écrins qui s’avèrent à la fois conviviaux, signifiants et lumineux. Au cours de ces récentes années, j’ai vu cette noble mission travestie et traitée comme une marchandise : le commerce sur le parvis de l’église. Les musées sont passés de la précarité à l’indigence alors que le politique et l’intendance se sont contentés de louvoyer, en évitant de s’attaquer au réel problème. Mme Hélène David n’est en poste que depuis quelques mois et nous convenons qu’il faut donner la chance au coureur. Cependant, elle doit rapidement relever le défi de résoudre la crise financière du réseau muséal et redonner ses lettres de noblesse à une des composantes parmi les plus fondamentales de la culture et de la société québécoise. Rien de moins. »

Pour toutes ces raisons, la Société des musées du Québec, l’organisme national qui regroupe et représente 300 institutions muséales ainsi que les professionnels qui y œuvrent dans toutes les régions du Québec, demande au ministère de la Culture et des Communications de travailler de façon urgente avec elle afin de s’attaquer aux problèmes financiers du réseau muséal québécois.

Télécharger le communiqué de presse - PDF

– 30 –

Cindy Veilleux
Chargée de communication
Société des musées du Québec
Tél. : 514 987-3264, poste 7709
Cell. : 514 884-4839

Devenez membre de la SMQ!

Infolettre Espace professionnel

Agenda