Vous êtes ici : Espace professionnel » Actualités » « Le Grand dérangement » des enseignants : les musées appellent à la solidarité

« Le Grand dérangement » des enseignants : les musées appellent à la solidarité

Montréal, le 19 mai 2005 –

Le milieu muséal réagit vivement au plan d’action adopté le 13 mai dernier, par les 44 syndicats membres du conseil fédéral de la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ). Intitulé « Le Grand dérangement », le plan sera mis en application dès la rentrée scolaire de cet automne à moins que les enseignantes et les enseignants obtiennent d’ici là un règlement satisfaisant en ce qui a trait au renouvellement de leurs conventions collectives.

Ce qui fait bondir les dirigeants de la Société des musées québécois (SMQ), l’organisme national qui représente tant les institutions muséales que les professionnels du milieu, c’est que la stratégie syndicale prévoit, dans ses moyens de pression, le boycott des activités culturelles dont la participation des élèves à des activités éducatives se déroulant dans les musées, centres d’exposition et lieux d’interprétation à travers le Québec.

« Nous avons déjà donné! » de s’exclamer Carl Johnson, président de la SMQ, faisant référence aux effets douloureux d’un boycott similaire ayant eu lieu en 1999 et en 2002. «Nous comprenons mal le bien-fondé d’une stratégie qui pénalise, d’abord et avant tout, les élèves mais également les institutions muséales et les professionnels de la culture qui y travaillent, notamment les éducateurs et les guides animateurs dont les conditions de pratique sont déjà difficiles ».

Selon l’Enquête menée par l’Observatoire de la culture et des communications, la fréquentation scolaire des musées représente environ 10% du total des visites enregistrées annuellement dans les musées du Québec. C’est donc plus de 1,2 million d’élèves issus principalement des écoles primaires et secondaires qui bénéficient des activités éducatives, conçues en tenant compte des objectifs des programmes d’études. Ces expériences éducatives complémentaires à l’école sensibilisent les élèves à l’art, aux sciences, à l’histoire et aux enjeux de société par l’accès privilégié à des sites et le contact direct avec des collections uniques.

« L’expérience d’une visite bien planifiée dans une institution muséale est d’une grande valeur éducative en plus de contribuer à la socialisation des élèves et à la démystification de la culture » ajoute M. Johnson.

Fragilité financière des musées et de ses travailleurs

Le spectre d’un boycott des activités culturelles tel que prévu dans « Le Grand dérangement » survient à un bien mauvais moment. Le milieu muséal du Québec vit des années particulièrement difficiles en matière de financement. Cette situation fragilise non seulement les institutions elles-mêmes, mais également, les services offerts aux visiteurs et les conditions de travail des professionnels qui les dispensent. En effet, la précarité d’emploi fait partie des principaux enjeux du milieu muséal. La diminution de la fréquentation qu’engendrerait un boycott des visites de musée aurait sans contredit des effets néfastes.

On se rappellera que lors d’un boycott similaire de la part de la FSE-CSQ, en 1999, les conséquences pour les musées furent nombreuses. Pour le mois de septembre seulement, les 200 000 visites perdues ont entraîné des pertes d’un demi-million de dollars. De plus, les éducateurs et les guides ont vu leurs heures de travail coupées alors que d’autres ont été mis à pied.

Appel à la solidarité

Nonobstant les raisons qui motivent le milieu des enseignantes et des enseignants à exercer des pressions auprès du gouvernement actuel, la SMQ demande officiellement à la Fédération des syndicats de l’enseignement de revoir sa stratégie en ce qui a trait au boycott des activités touchant non seulement les institutions muséales, mais l’ensemble du secteur culturel. Il s’agit d’une question de solidarité entre les travailleurs des milieux de l’éducation et de la culture, deux milieux qui se doivent d’être solidaires plus que jamais dans leurs interventions éducatives auprès des jeunes.

Source : Katia Macias-Valadez
Chargée de communications
(514) 987-3264
macias-valadez.katia@smq.qc.ca

– 30 –

Devenez membre de la SMQ!

Infolettre Espace professionnel